la PaC
(La ParoleAuCentre)

/ aller retour stylo plateau

La PAC (La ParoleAuCentre) est une compagnie portée par l’autrice et metteuse en scène Louise Emö. Son projet est contenu dans son nom : la parole au centre, qui a valeur de manifeste et se décline selon une méthode qui puise dans la performance. La prise de parole frontale, la modalité de présentation de soi, font partie intégrante de la démarche artistique.

La théâtralité se construit essentiellement sur un triple mouvement de recherche :

•  le développement d’une pâte poétique, au sens dramaturgique et littéraire
•  la recherche d’une esthétique épurée (plateau nu, scénographie lumière, régie sonore à vue) qui met le performeur à l’honneur par une présence percussive, entre improvisation semi-écrite et chorégraphie de la partition
•  une arborescence entre les formes où se font écho des motifs formels et thématiques : la centralité de la direction d’acteur, la sacralité de la parole, le dépassement de la tragédie, la notion de mots trop grands, le truchement de la réécriture, un rapport pointilleux au langage.

Ses projets scéniques, performatifs, poétiques, constituent chaque fois des tentatives de réduire l’écart entre la vie et le plateau, balancent entre un format spoken word et des mouvements d’ensemble d’acteurs avec Louise Emö, metteuse en scène et auteure de ces pièces.

la PaC
(La ParoleAuCentre)

/ aller retour stylo plateau

La PAC (La ParoleAuCentre) est une compagnie portée par l’autrice et metteuse en scène Louise Emö. Son projet est contenu dans son nom : la parole au centre, qui a valeur de manifeste et se décline selon une méthode qui puise dans la performance. La prise de parole frontale, la modalité de présentation de soi, font partie intégrante de la démarche artistique.

La théâtralité se construit essentiellement sur un triple mouvement de recherche :

•  le développement d’une pâte poétique, au sens dramaturgique et littéraire
•  la recherche d’une esthétique épurée (plateau nu, scénographie lumière, régie sonore à vue) qui met le performeur à l’honneur par une présence percussive, entre improvisation semi-écrite et chorégraphie de la partition
•  une arborescence entre les formes où se font écho des motifs formels et thématiques : la centralité de la direction d’acteur, la sacralité de la parole, le dépassement de la tragédie, la notion de mots trop grands, le truchement de la réécriture, un rapport pointilleux au langage.

Ses projets scéniques, performatifs, poétiques, constituent chaque fois des tentatives de réduire l’écart entre la vie et le plateau, balancent entre un format spoken word et des mouvements d’ensemble d’acteurs avec Louise Emö, metteuse en scène et auteure de ces pièces.