en mode avion

 © Loewen photographie

Wendy, détective publique du féminin et de la faille, cherche Wanda, autoportrait d’une génération du précaire relationnel. Wanda, la femme que l’on porte en soi, s’est mise en mode avion, après s’être mise en danger.

Au fil des messages vocaux de Wendy et du silence de Wanda, se présentent les femmes et les hommes du trajet, pour qui les mots sont trop grands désormais ou trop petits depuis. Les paroles confiées par ces personnes consacrées personnages, croisées aux détours de hasards provoqués, s’articulent en un cri choral. Il y a une interprète sur scène, un micro, deux retours et la vidéo qui projette les noms propres. La prise de parole, stylisée quoique frontale, est accompagnée par une playlist qui cherche la pulsation du sublime dans le banal.

théâtre du bois de l’aune décembre 21

En mode avion

spoken word tragedy

on tour le drakkar dieppe scène nationale

25 novembre x2

dossier artistique

En mode avion

spoken word tragedy

on tour le drakkar dieppe scène nationale

25 novembre x2

en mode avion

 © Loewen photographie

Wendy, détective publique du féminin et de la faille, cherche Wanda, autoportrait d’une génération du précaire relationnel. Wanda, la femme que l’on porte en soi, s’est mise en mode avion, après s’être mise en danger.

Au fil des messages vocaux de Wendy et du silence de Wanda, se présentent les femmes et les hommes du trajet, pour qui les mots sont trop grands désormais ou trop petits depuis. Les paroles confiées par ces personnes consacrées personnages, croisées aux détours de hasards provoqués, s’articulent en un cri choral. Il y a une interprète sur scène, un micro, deux retours et la vidéo qui projette les noms propres. La prise de parole, stylisée quoique frontale, est accompagnée par une playlist qui cherche la pulsation du sublime dans le banal.

dossier artistique

/ extrait

et c’est l’histoire de Wendy et de Wanda et Wendy c’est moi dans la fiction et je m’appelle Louise dans la vie et Wanda c’est celle que je n’ai pas rencontré mais y a pas besoin Wanda de fixer un rendez-vous pour boire un café pour la rencontrer car Wanda c’est la femme que l’on porte en soi Wanda l’entendez-vous le grain de sa voix Wanda autoportrait générationnel d’une génération sans appel Wanda autoportrait archétypal d’une génération qui lutte contre le scandale économique politique hétérosexuel Wendy et Wanda sont deux femmes et elles s’aiment elles sont au pluriel et le pluriel commence à deux mais Wanda s’est pris un mot tabou sur le coin de la gueule Wanda s’est pris le v-i-o-l alors elle ne parle plus ni en facetime ni i-r-l ok je freestyle ok c’est parti un freestyle i-r-l Wanda est devenue injoignable Wendy essaye

/ presse

« La parole claque tout au long de ce spectacle à nul autre pareil.
Elle virevolte sur le plateau de la Manufacture au fil des rencontres, des mots et des maux, puisés au hasard de la rue par la comédienne elle-même. Elle rebondit, parfois sans ménagement, jusqu’aux oreilles du spectateur en une musique presque hypnotique.»

À voir à lire – Brigitte Corigou – 9 juillet 2021

« Jongleuse de mots et d’idées l’auteure et metteuse en scène entraîne le public dans ses pensées tissées de construction et déconstruction du langage. Louise Emö emplit la scène de son corps. Ses mots et sa présence, électrisant un public attentif à la dynamique et au rythme soutenu du spectacle. Mais la comédienne sait laisser place à la respiration, comme pour laisser chacun digérer le « flow » poétique. Teinté d’humour, de références politiques et sociétales mais aussi très personnel, la metteuse en scène offre un spectacle entier et viscéral»

Le bruit du off – Pierres Salles – 21 juillet 2021